Acceuil

Enfants et jeunes : un avenir meilleur

Des bénéficiaires parlent du soutien du Canada à l'école de Bas Demontreuil et Trouin.

À la suite du séisme de janvier 2010, l'ACDI a décidé de réorienter un programme existant afin de permettre à la population haïtienne de se relever promptement du cataclysme. L'ACDI, via les Fonds locaux, finance des projets sociaux, économiques ou techniques. Les fonds locaux ont donc permis la mise en place rapide de projets conçus pour donner des résultats immédiats et concrets.

C'est ainsi qu'a été lancée l'initiative d'appui à 15 écoles de la commune de Jacmel, dans le sud-est du pays. L'organisme haïtien responsable du projet, le Réseau Sud-Est de défense des droits humains (RESEDH), a créé un comité de parents qui s'empressent d'aider à organiser la réouverture des écoles.


Projet : Fonds Bati Lavi

Angela, élève de 9e année, à l'école St-Marc de Trouin, 14 ans :
"Merci pour ce cadeau, nous sommes très reconnaissants."
Lettre d'Angela


Rémy Laronde, enseignant à l'école de Bas Cap-Rouge :
"J'aimerais que notre école devienne une école de grande renommée en Haïti, et que les enfants aiment venir ici. Nous avons des performances exceptionnelles des élèves. Je voudrais ce qu'il y a de mieux pour eux, par exemple des ordinateurs et l'accès à Internet."




Des bénéficiaires parlent du projet de Médecins du Monde Canada dans le quartier de Cité Soleil, à Port-au-Prince.

L'ACDI appuie Médecins du Monde Canada qui, à la suite du séisme du 12 janvier 2010, a permis de mettre en place deux cliniques permanentes et une clinique mobile dans la commune de Cité Soleil à Port-au-Prince. Les activités mises en oeuvre comprennent la prestation de soins de santé primaires et de soins de santé maternelle; la surveillance des maladies et de la malnutrition; l'éducation et la promotion de la santé; la vaccination des enfants et des femmes enceintes ou qui allaitent; le soutien psychosocial aux adultes et aux enfants; de même que le soutien à l'Administration de la santé communale.

Médecins du Monde Canada reçoit aussi du financement pour un projet qui vise à améliorer l'accès à des soins de santé et la qualité de ces soins, et à mettre sur pied une clinique de santé maternelle au Centre de santé Fontaine à Cité Soleil. Il vise notamment à réduire les barrières à l'accès aux soins de santé auxquelles se heurtent les femmes en âge de procréer, à renforcer les capacités du système de santé en place, à réduire les risques de mortalité et à contribuer à la lutte contre le VIH/sida.


Projets : Tremblement de terre en Haïti - Médecins du Monde 2010
Soins de santé maternelle à Cité Soleil

Guerline Augustin, une résidente de Cité Soleil :
"Je suis très contente de l'aide de Médecins du Monde car ils ont placé un psychologue dans le camp après le tremblement de terre. Les médecins nous soignent, nous donnent des médicaments et nous aident à gérer le stress et à apprendre comment vivre après un tremblement de terre. Ils s'assoient et parlent avec nous. Les enfants aussi, ils s'en occupent, parce qu'après le tremblement de terre il y a eu beaucoup de gens qui ont perdu la tête. Mais Dieu nous a épargnés et nous a envoyés Médecins du Monde pour nous aider."

Dadi Ediane, résidente de Cité Soleil :
"Les gens de la clinique mobile de Médecins du Monde ont vu mon bébé et ils m'ont donné un savon antibactérien. C'est bien d'avoir la clinique directement à Cité Soleil."



Des intervenants parlent de l'hôpital parasismique de Trouin, en construction.

Le projet pour la mise en place d'infrastructures de santé et d'appui à l'organisation des services au Centre de santé de Trouin est financé par les fonds locaux de l'ACDI. Le fonds Bati Lavi répond aux besoins des populations. La grande majorité des partenaires sont des organisations haïtiennes reconnues par la coopération canadienne et représentatives de leur milieu. Les initiatives financées par ce fonds peuvent toucher, par exemple, l'assainissement de quartiers, l'adduction et la distribution d'eau potable, l'aménagement d'écoles, la construction de centres communautaires ou l'aménagement d'aires de jeux et de sport. Elles peuvent aussi viser spécifiquement la qualité de vie des enfants et des femmes.

Projets : Fonds Bati Lavi
Centre de gestion des fonds locaux - phase II


Weaver Destin, directeur du projet Perspectives pour la santé et le développement (PESADEV), partenaire de l'ACDI sur le terrain pour la mise en oeuvre du projet :

"On espère diminuer le taux de décès chez les mères et les enfants, en permettant à la population d'avoir accès à des soins de santé de base. L'hôpital leur évitera des déplacements longs et souvent pénibles vers Jacmel ou Léogâne."

"Je veux remercier la coopération canadienne d'offrir des services de base à ces populations négligées, situées dans des zones isolées. C'est une initiative de caractère durable."

Jean Guyle Primé, maire de Trouin :
"Nous avons fait toutes les démarches pour avoir ce centre de santé, et c'est la communauté qui a fait don du terrain, pour sa construction à Trouin. La population est très contente."

"C'est le premier centre de santé du genre qui est construit en Haïti, et qui répond aux normes parasismiques et aux ouragans," dit-il avec fierté. "J'aimerais que Trouin soit un modèle pour d'autres zones du pays qui veulent construire des centres de santé similaires."

Des bénéficiaires parlent du projet d'appui au développement dans le quartier Bel Air de Port-au-Prince, dont l'un des volets vise à encadrer les jeunes, notamment par l'initiation à la capoeira, un art martial afro-brésilien.

Le projet reçoit du financement de l'ACDI et est mis en place par une organisation brésilienne, Viva Rio, qui vise à mettre en place un ensemble d'initiatives de développement coordonnées et concentrées dans un quartier défavorisé de la capitale haïtienne. Le but du projet est d'améliorer rapidement la qualité de vie et la sécurité dans ce quartier. Le quartier pourra ainsi attirer d'autres initiatives de développement et des possibilités d'affaires.

Pour ce faire, le projet comprend des activités visant à accroître l'approvisionnement en eau potable dans la collectivité, à sensibiliser la population sur les questions de santé publique et de prévention du VIH/sida, à implanter un système de gestion des déchets solides et à appuyer les jeunes du quartier afin d'offrir une alternative aux gangs, à la criminalité et à la violence.

Projet : Appui au développement dans Bel Air


Magdala, 21 ans :
"Avant Viva Rio, je ne faisais rien. Grâce aux ateliers de capoeira, je peux maintenant penser à mon avenir; je pourrai aller à l'école. Grâce au projet Viva Rio, la vie dans le quartier s'est améliorée. Ici, c'est ma famille."

Jean-Marc, 23 ans :
"Le projet Viva Rio m'a formé à travailler auprès des jeunes du quartier et auprès des enfants. Grâce au travail communautaire dans Bel Air, il y a moins de violence dans les rues et il y a moins de conflits."

"Je m'entraîne pour devenir professeur de capoeira un jour, parce que c'est bon pour les enfants. Viva Rio ne sera pas toujours là et je veux enseigner la capoeira dans les écoles haïtiennes un jour."

Une intervenante et des élèves bénéficiaires parlent d'un projet mis en oeuvre dans une école de Bas Cap Rouge, qui vise à aider les enfants à surmonter les traumatismes que le tremblement de terre a pu entraîner.


À la suite du séisme de janvier 2010, l'ACDI a décidé de réorienter un programme existant afin de permettre à la population haïtienne de se relever promptement du cataclysme. Doté d'un budget de 13,8 millions de dollars, les Fonds locaux ont permis la mise en place rapide de projets conçus pour donner des résultats immédiats et concrets.

C'est ainsi qu'a été lancée l'initiative d'appui à 15 écoles de la commune de Jacmel, dans le sud-est du pays. L'organisme haïtien responsable du projet, le Réseau Sud-Est de défense des droits humains (RESEDH), a créé un comité de parents qui s'empressent d'aider à organiser la réouverture des écoles.

Projets : Fonds Bati Lavi
Centre de gestion des fonds locaux - phase II

Gina Pierre-Paul, l'une des responsables de l'appui psycho-social de l'école :
"Au début, les enfants étaient frustrés, nerveux, impatients et leurs jeux étaient plus durs, brutaux. Après quelques séances et après quelques semaines en classe, les choses se replacent tranquillement. Les enfants sont moins stressés. Près d'un an après le tremblement de terre, les petits Haïtiens se sont remis à rêver."

Marcellus, 15 ans :
"J'aime l'école et j'aimerais devenir ingénieur et construire à mon tour des écoles."

Stephania, 14 ans :
"J'aimerais continuer d'étudier et devenir présidente d'Haïti pour pouvoir baisser les prix de la nourriture dans mon pays, construire des routes, et donner accès à l'eau et à l'électricité à tout le pays."

Jésula, 14 ans :
"J'aimerais dire à tous les élèves canadiens : profitez bien d'aller à l'école."



Source : ACDI http://www.acdi-cida.gc.ca/acdi-cida/ACDI-CIDA.nsf/fra/NAD-16101116-KTL
Nos Projets
Forum
Photos
Le Saviez-Vous?