Acceuil

Bois de Laurence, un rêve concrétisé

Logé dans un bâtiment flambant neuf, le Centre de santé de Bois de Laurence, l'une des deux sections de la commune de Mombin Crochu, attire aujourd'hui les regards. Inauguré le 25 septembre 2009, ledit centre est aujourd'hui l'institution la mieux lotie dans cette section verdoyante, mais oubliée par le pouvoir central.

Haïti: Le vendredi 25 septembre 2009 a été comme une journée chômée à Bois de Laurence. Les enseignants ont déposé la craie pour accompagner leurs élèves à la cérémonie d'inauguration du centre. Les agriculteurs ont aussi déposé volontairement leur machette pour y prendre part. C'était une occasion que tous ceux qui habitent le village ne voulaient pas rater sous aucun prétexte. Tirés à quatre épingles, ils se saluaient comme les fans d'une équipe nationale qui vient de remporter une compétition internationale. "Je savais que Dieu n'avait pas oublié la communauté", a lancé un homme dans la quarantaine qui commentait l'événement.

L'enthousiasme des habitants de Bois de Laurence évalués à quelque 20 000 âmes a touché profondément le coeur des autorités politiques et sanitaires qui assistaient à la cérémonie organisée sur la cour de l'institution. Le directeur général du ministère de la Santé publique, le Dr Gabriel Timothée et le directeur départemental de la santé du Nord-Est, le Dr Jean Denis Pierre, ont promis de décerner prochainement une plaque d'honneur à l'un des maires de Mombin Crochu, Philosias Jean-Louis, qui habite Bois de Laurence et à la population pour leur apport dans la construction du centre.

Débutée en juillet 2008, la construction de ce Centre de santé est le résultat d'une fructueuse collaboration entre le Centre de gestion des fonds locaux de la coopération canadienne (CGF), l'ONG Perspective pour la santé et le développement (PESADEV) et le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP). Financé à hauteur de 10.7 millions de gourdes par le CGF, ledit projet intitulé "Renforcement des structures sanitaires pour la fourniture de soins de santé de base à la population de Bois de Laurence", a été mis en oeuvre par la PESADEV de concert avec le MSPP. Le centre fournira tous les services de soins de santé de base, tels que: consultations générales, pré-natales, services d'accouchement, vaccinations, programme de planification familiale, pharmacie, examens de routine de laboratoire...

"La population de Bois de Laurence vous est reconnaissante", a témoigné le maire-adjoint de Mombin Crochu. Il n'a pas caché sa joie de voir la section dotée enfin d'un bâtiment public digne de ce nom. Le bon fonctionnement du centre constitue la principale préoccupation du maire Philosias Jean-Louis. Il a demandé aux autorités sanitaires de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter que l'institution soit transformée en une boutique de vente de médicaments. "Nous vous promettons de faire de ce centre un modèle dans le département", a répondu le directeur départemental de la santé du Nord-Est sous les regards du Dr Gabriel Timothée. Celui-ci a, quant à lui, promis d'accorder le bénéfice de l'urgence à la nomination du personnel du centre. La priorité, a-t-il fait remarquer, sera donnée aux natifs de la zone.

Le directeur de la PESADEV, Weaver Destin, a, pour sa part, salué le courage de la population de Bois de Laurence qui a rendu possible la construction du centre. "La cérémonie d'aujourd'hui prouve qu'on peut réaliser de grands projets avec de faibles moyens", a-t-il indiqué, en rappelant l'importante contribution de la population dans la mise en oeuvre du projet. Le terrain, a-t-il informé, a été légué par la mairie pour la construction du centre. Ajouté à cela que la population a bravé la pluie et l'état critique des routes pour acheminer les matériaux sur le site. "Sans une pareille volonté, la réalisation de ce projet serait encore un voeu pieux", a déclaré M. Destin, promettant que son organisation va donner tout son appui pour le bon fonctionnement de l'institution.

La directrice du Centre de gestion des fonds locaux de la coopération canadienne en Haïti, Hélène Rivard, qui vient tout juste de démarrer sa mission dans le pays, ne restait pas indifférente. Enchantée par l'hospitalité de la population, elle s'est montrée heureuse du fait que son pays participe dans l'amélioration des conditions de santé à Bois de Laurence. Elle a, par ailleurs, promis de continuer à assister le MSPP dans l'accomplissement de sa mission.

Un premier projet qui fait rêver

La construction du Centre de santé de Bois de Laurence est perçue comme un premier pas vers le désenclavement de la Section qui ne figure pas, semble-t-il, dans l'agenda des autorités haïtiennes. La cérémonie d'inauguration du Centre a été l'occasion pour les autorités de Bois de Laurence et des membres de la population d'exposer leur triste situation. Comme lors d'une manifestation de rues, un groupe d'élèves ont exhibé pendant toute la cérémonie des pancartes comportant les principales revendications des 20 000 habitants de la zone.

Le désenclavement de la Section reste l'une des principales revendications des habitants de Bois de Laurence. Comme d'autres zones du département du Nord-Est, ses agriculteurs rêvent de pouvoir un jour écouler leurs produits dans d'autres régions du pays. Les haricots, le maïs, la banane et les fruits qui y sont cultivés pourrissent souvent sur place. "Nous n'avons aucun moyen de les écouler, même dans les zones envoisinantes", fulmine le maire-adjoint de Mombin Crochu. Comme tous les habitants de la zone, le maire Jean-Louis dit espérer voir un jour des buldozers aplanir les routes rocailleuses et boueuses en certains endroits qui mènent dans sa Section. Ce qui rendrait la zone accessible en saison pluvieuse comme en saison sèche.

Il n'y a pas que les infrastructures routières qui font défaut à la Section. Très peu d'institutions publiques y sont représentées. La Direction générale des Impôts, le bureau d'état civil et l'école nationale sont logés dans des maisonnettes qui inspirent la pitié. L'école nationale de Bois de Laurence ne fait pas la différence. Elle est logée dans un bâtiment en bois qui n'a rien à voir avec une école. "Les écoles privées, à l'exception de l'école presbytérale, sont dans la même situation", a fait remarquer un notable de la zone. Ajoutant : "La qualité de l'enseignement est aussi un sujet de grande inquiétude".

La construction du Centre de santé qui était aussi logé dans une bicoque apporte beaucoup d'espoir à la population de Bois de Laurence, qui veut croire que cela constitue le premier pas vers le développement de la section considérée comme la plus fertile de la commune de Mombin Crochu.


Jean Pharès Jérôme
pjerome@lenouvelliste.com


Source : Le Nouvelliste http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=&ArticleID=74675
Nos Projets
Forum
Photos
Le Saviez-Vous?